L'Histoire

L'histoire

Louis Vicat invente le ciment artificiel en 1817 à l'occasion de la construction d'un pont entre Souillac et Lanzac sur la Dordogne dans le Lot.

 

Louis Vicat

Louis Vicat naît en 1786 à Nevers où son père était sous-officier au régiment de dragons Royal Piémont. Sa carrière militaire terminée, la famille s’installe à Seyssins, près de Grenoble. Louis Vicat, à l’âge de trois ans perd sa mère. Son père se remarie et le frère de sa belle-mère, Monsieur Chabert professeur de mathématiques remarque son intelligence et son potentiel. Il le présente alors au Baron Fourier, Préfet de l'Isère et célèbre mathématicien. Joseph Fourier, qui participa, à l'expédition d'Égypte de Bonaparte encourage Louis Vicat à passer en 1804 le concours de l'Ecole Polytechnique, école d'ingénieurs prestigieuse créée par la République en 1795. Louis Vicat, à l’issue de sa formation, entre dans le corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées.


Il se retrouve affecté en 1812 à Souillac dans le département du Lot, avec pour mission de construire un pont sur la Dordogne.

La construction du pont va durer plus de dix ans, les finances de l'Etat sont alors absorbées par les guerres napoléoniennes. Cela laisse du temps à Louis Vicat pour trouver une solution au problème de la faible qualité des chaux alors utilisées. Il mène ses recherches dans sa modeste maison de Souillac.

Pont entre Souillac et Lanzac (Dordogne, Le Lot)

Académie

En 1817, Louis Vicat publie un article dans les Annales de chimie, une revue savante, dans laquelle il formule sa découverte sur les lois de l'hydraulicité des chaux, c'est à dire la capacité d'une chaux à faire prise sous l'eau. Cette découverte repose sur la cuisson d'une juste proportion de calcaire et d'argile. Elle est validée en 1818 devant un jury de l'académie royale des sciences composé d'éminents savants, Messieurs Girard, Prony et Gay-Lussac. Elle ouvre la voie à la fabrication industrielle du ciment artificiel. Le ciment est le nom donné par la suite à ce que Vicat appelle dans sa découverte « les chaux surcuites ». Louis Vicat choisit de ne pas déposer de brevet car il s'estime redevable à la collectivité de son parcours académique et scientifique.

Louis Vicat consacre sa vie à partir de 1817 à la science du ciment, ce qui lui valut une reconnaissance nationale et internationale. Il entre à la prestigieuse Académie des Sciences en 1833.


SEIN

Louis Vicat est primé trois fois par la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, société créée en 1801 par Bonaparte :

  • En 1823 par une médaille d'or au concours sur les pierres artificielles,
  • En 1846 par le prix du Marquis Argenteuil, prix qui récompense l'auteur de la découverte la plus importante pour l'industrie nationale. Louis Vicat fut le premier à recevoir ce prix remis tous les dix ans. Doté de 12 000 francs or, ce prix représente une somme considérable pour l'époque.
  • Enfin il reçoit en 1853 un prix pour les ciments à la mer car il solutionne le problème des ciments utilisés pour la construction des ports qui ne résistaient pas à l'action des sels marins.

Parallèlement à la Société d'Encouragement pour l’Industrie Nationale, la Chambre des Députés et la Chambre des Pairs honorent Louis Vicat. Le Baron Thénard, rapporteur à la Chambre des Pairs déclare à propos de Vicat qui n'avait pas déposé de brevet : "il a préféré la gloire d'être utile à l'avantage si recherché d'être riche. Ce n'est pas la France seulement mais le monde entier qui doit être reconnaissant envers Monsieur Vicat".


Bas Eiffel
Tour Eiffel

Cette renommée de Vicat dans l'histoire des sciences explique pourquoi son nom figure sur la Tour Eiffel, construite en 1889 pour l'exposition universelle de Paris qui commémorait également le centenaire de la Révolution française.

A cette occasion, Gustave Eiffel fait graver en lettres d’or en relief de 60 cm de haut sur la périphérie du premier étage de la Tour Eiffel les noms de soixante-douze scientifiques, ingénieurs ou industriels qui ont honoré la France par leurs travaux ou leurs découvertes entre  1789 et  1889.

Le nom de Louis Vicat est inscrit sur l’élévation du côté de l’Ecole militaire entre les noms de Prony et Ebelmen.